Skip to content

Eine schwarze Ruhrgebietserzählung (SZ)

Schlafgänger

Aus der SZ-Literaturreihe „Deutsche Landschaften“ (SZ, 04.01.03)

Am 16. Juli 1799 um neun Uhr morgens ging der preußische Bergbaubeamte Alexander von Humboldt in Cumana im heutigen Venezuela an Land, um den Flußlauf des Orinoko zu erkunden. Am 13. Juni 2002 um neun Uhr morgens machten wir uns auf, den Pleßbach zu erkunden, der die nördlichen Ausläufer des Bergischen Landes mit dem südlichen Ruhrgebiet verbindet. Es ist ein kleiner Bach, nirgendwo breiter als eine Schrittlänge, leicht zu durchwaten. Julia hatte Recht gehabt: Es war einfach gewesen, Ecki von der Expedition zu überzeugen. Jeder kannte ein Stück Pleßbach, aber niemand konnte seinen genauen Verlauf oder gar seine Quelle benennen. Und Ecki wollte immer alles genau wissen. Sollte er.

"Eine schwarze Ruhrgebietserzählung (SZ)" vollständig lesen

Herbstbetrachtung (Außenseite des Elements)

Das Freibad ist geschlossen. Tief gebückt und verlassen hockt die Riesenrutsche am Beckenrand wie ein Tier aus einer anderen Zeit. Ein mineralisierter Saurier an einer ausgetrockneten Wassertränke. An seiner Achillesferse ein Ahornblatt. Herbst. In den Kontaktanzeigen flattern die Schmetterlinge immer seltener. Aber öfter steigen wieder die Drachen. Außerdem mit von der Partie: Kaminfeuer, Kerzenschein, Rotwein, Nüsse, Nebelbänke, Pilze, Ofen, Tee. Chiffre: Rilke.

"Herbstbetrachtung (Außenseite des Elements)" vollständig lesen

Erzählung: Berlin Savignyplatz (taz)

Görlitzer Bhf, Berlin (Foto: Maus)

Die BVG steht in direktem Kontakt zu Gott. Und das geht so:

In Berlin ist Tauwetter, nur die Ampelschaltungen sind noch zugefroren, also gehe ich bei Rot und ganz unkategorischem Imperativ über die Kantstraße, Richtung Savignyplatz. Unter den S-Bahnbögen hat ein luxuriöses Beleuchtungsgeschäft seine Lampen aufgehängt, und als ich dran vorbeigehe, stürzt ein Verkaufspersonal auf die Straße, und ich denke schon, der nimmt mich jetzt fest. Solche Leute nehmen Lampen und Ampeln bestimmt furchtbar ernst. Ich nehme Anagramme auch sehr ernst. Aber der Herr verschwindet über knirschendes Granulat huschend irgendwo im Dekor.

Versunken in meine Innenwelt, in der zwar auch gerade Tauwetter herrscht, aber noch überall etwas schäbige Streuguthaufen herumliegen und die Ampeln noch auf Rot stehen, erklimme ich die Treppen zum S-Bahnsteig. Auf dem ersten Absatz schnorrt es mir entgegen: "Du, hasse mal ´ne Mark?" Ein Satz, der mir bekannt vorkommt. Ich bin ein geiziger Mensch, und nur sehr überzeugend getragene Lumpen können mir Maut entlocken. Ich schaue auf, sehe Dock Martins, Levi´s und eine schön aufgeblähte Bomberjacke. Gesamtetat also so um die 600 Schleifen.

"Erzählung: Berlin Savignyplatz (taz)" vollständig lesen

Erzählung: Les Pérégrinations de Charles, III. : Renoncement

"J´allais voir à Kew les kanguroos, ridicules bêtes, tout juste l´inverse de la girafe." Chateaubriand, Mémoires d´outre tombe

"Ces bras suppliants sont d´horribles machines de brigandage : ils n´égrènent pas de chapelets, ils exterminent qui passe à leur portée." J. H. Fabre, Souvenirs entomologiques

"Rien de plus singulier que d´être en état d´éveil à Paris. D´user librement de cette ville des villes." P. Sollers, Le cavalier du Louvre


Le velours de ses rêves avait été épais. Sa nuit avait été satisfaisante : Des reconquêtes de territoires crus perdus définitivement, des remembrances d´anciens logements, plus chauds ceux-ci. Il avait vu des terrasses méditerranéennes, le soleil, la faune et la flore du Midi, des pots de fleurs débordants d´agavés, des chambres à coucher remplies de cigales, de fourmis et de toute sorte d´insectes se glissant sous les couvertures et dans les rêves. Visions dont il savait obscurément qu´elles s´écrouleraient lors d´un réveil qu´il retarda inconsciemment. Sur les toits provençaux, un metteur en scène somnambulique avait tissé des cordages, élevé le gréement, les agrès, la mâture ; et au-dessus des tuiles en terre cuite rouge s´étendait un royaume arachnéen dans lequel le rêveur incrédule voyait évoluer les personnages acrobatiques d´une pièce oubliée. Un bâtiment fantastique voguait dans l´air chaud. Et puis soudain, la sonnerie du réveil éclata, monta, filtra dans son rêve, grimpa dans les cordages, poussa tous les corsaires dans le vide et l´oubli avant d´être assommée elle-même d´une main tâtonnante mais meurtrière néanmoins.

"Erzählung: Les Pérégrinations de Charles, III. : Renoncement" vollständig lesen

Erzählung: Les Pérégrinations de Charles, II. : Le sacrifice

"Si le sacrifiant s´engageait jusqu´au bout dans le rite, il y trouverait la mort et non la vie. La victime le remplace. Elle seule pénètre dans la sphère dangereuse du sacrifice, elle y succombe... Le sacrifiant reste à l´abri. La victime le rachète." M. Mauss

"Le hasard fit qu´il vit une shérarde (description de la plante) - et elle avait un calice." Flaubert, Bouvard et Pécuchet

"L´austérité et la désincarnation des recherches artistiques contemporaines se ressentent de l´indifférence profonde que le monde industriel a voué à la plante." Encyclopédie Universalis

"J´admire ces hautes prérogatives d´un estomac où la matière ne fait que passer, aussitôt digérée, fondue, disparue." J. H. Fabre


Longtemps déjà, il suivait la ligne de partage du mur en briques rouges. Ses pas foulaient un terrain vague, rocailleux et sec à perte de vue. Les rejets d´une civilisation à l´âge de rouille gisaient ici et là, ressorts de matelas, tambours de machines à laver qui ne connaîtraient plus jamais ni concentration centripète, ni dispersion centrifuge ; une brouette tendait ses bras grand-ouverts et invitait au dernier tango, des antennes paraboliques captaient des messages que nul ne déchiffrait plus jamais et des télécommandes commandaient à des cannettes de bière impassibles. Un frigo rêvait du grand Nord. Mais ici rien qui n´aurait pu le lui indiquer.

"Erzählung: Les Pérégrinations de Charles, II. : Le sacrifice" vollständig lesen

Erzählung: Les Pérégrinations de Charles, I. : -Y(G)D-/-YG-

Dans la différence résonne le même,
Le même toutefois couve la différence.
Yu Dying-Gying


AMYGDALE (ami(g)dal). n. f. (1503 ; lat. amygdala "amande", d´o. gr.). Anat. Toute structure en forme d´amande. Spécialt. Amygdale palatine : chacun des deux organes lymphoïdes situés sur la paroi latérale du larynx, entre les piliers du voile du palais.

VELAIRE . adj. (1874 ; de velum "voile" (du palais)) Phonét. Se dit des phénomènes (voyelles ou consonnes) dont le point d´articulation est proche du palais.

G. n. m. PHON. 1. G sert à noter l´occlusive sonore postpalatale ou vélaire (g) devant A, O, U ou devant une consonne.

OCCLUSIF, VE. adj. (1907 ; "qui ferme", bandage occlusif, 1876 ; du lat. occlusus, p.p. de occludere "fermer").

OPERCULE. n. m.(1736 ; lat. operculum "couvercle"). 1. Zool. Pièce cornée ou calcifiée par laquelle les mollusques gastéropodes peuvent fermer leur coquille. Membrane qui recouvre l´ouverture des narines à la base du bec des oiseaux.


Un mal de gorge l´avait retenu à la maison depuis cinq jours. Mais un traitement maison mélangeant jus d´orange et zeste de citron à une proportion de un à cinq commençait à montrer ses effets. Du moins avait-il l´impression que ce concentré de vitamines avait lutté efficacement contre l´infection qui lui nouait la gorge. Bacilles, microbes, spirilles, micro-organismes unicellulaires formant un règne autonome, vibrions, bactéries incurvées en forme de virgule : le dictionnaire seul ne serait jamais venu à bout de ses maux de gorges. Il n´y avait qu´un seul remède : Jus d´orange et zeste de citron. 1/5.

"Erzählung: Les Pérégrinations de Charles, I. : -Y(G)D-/-YG-" vollständig lesen